Le logement, l’habitat et le citoyen. Une expérimentation républicaine [François Rochon]

Éditions de l’Aube, 2018, 240 p.

55

C’est un voyage au long cours dans le monde de l’habitat. L’ouvrage raconte un cycle de concertation intitulé « cinq ans pour résoudre la crise du logement », qui a été conduit, de 2011 à 2015, mobilisant un millier de personnes, spécialistes et experts du logement, responsables politiques et associatifs, et simple citoyens. Marie-Noëlle Lienemann avait été l’initiatrice de ces Rencontres nationales du logement et de l’habitat. Elles ont débuté grâce à l’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Étoile en 2011, puis se sont poursuivies au fil des ans dans d’autres lieux. « Les Rencontres nationales du logement et de l’habitat sont parties d ’une question globale, d ’apparence triviale mais surtout parlante pour le citoyen, à visée programmatique, et qui sonnait comme un engagement : “5 ans pour résoudre la crise du logement”. » L’auteur aurait souhaité que cet ouvrage soit écrit « à mille mains ». C’eût été possible sur l’un des réseaux sociaux, alors qu’un livre impose une unité de plume. Pour pallier cette limite, F. Rochon retranscrit de multiples témoignages et documents issus du processus de concertation, « en juxtaposant de la sorte des textes hétérogènes selon un plan composite ». Le parti pris le plus constant, tout au long de l’ouvrage, est celui de la « démocratie participative » que cultive l’auteur dans une démarche qui vise à ras-sembler la chaîne des acteurs et parties prenantes du logement dans une démarche citoyenne participative qui part du vécu, des aspirations des gens. L’ouvrage se présente comme un « rapport de concertation »,organisé en trois moments. Après une introduction à l’écriture volontairement parodique et pleine d’emphase il s’agit de retracer le cycle d’événements organisés entre 2011 et 2015. Le deuxième chapitre revient ainsi sur chaque étape en s’efforçant d’en retenir les principaux apports. La troisième partie, enfin, étudie chacune des pistes identifiées par l’examen des débats pour en extraire le concept directeur et l’ajuster dans une problématique renouvelée permettant de formaliser des axes de travail. Sur cette base originale, un cadrage théorique et méthodologique est proposé. Il est assorti d’une série de pro-positions concrètes « qui pour-raient être mises en œuvre très rapidement ». Ces propositions sont pleines de bonnes intentions mais paraissent, pour beaucoup d’entre elles, des vœux pieux, ou restent très vagues. Par exemple, les ateliers du forum d’Aubagne proposent, parmi neuf propositions, de « […] (3) trouver les moyens pour construire plus et moins cher, (4) envisager des mesures efficaces pour réduire le taux d ’effort des ménages, (5) construire des logements de qua-lité pour répondre aux besoins de chaque territoire, […] » (p. 61). La proposition essentielle de F. Rochon concerne moins le contenu de la politique du logment que la forme de cette poli-tique, résolument participative, démocratique et citoyenne.