Le tiers foncier : ressources, controverses et expérimentations : l’exemple de la ville de Marseille

384

Résumé (Auteur/e). Cette recherche est née d’une interrogation sur les décalages existants entre la forme, le statut de propriété et l’usage du foncier non bâti, à l’origine d’une catégorie d’espaces communément nommés les délaissés urbains. Nous nous sommes interrogés sur l’introduction d’une notion, le tiers foncier, qui permettrait de définir cet état transitoire du foncier échappant aux cadres de la ville normée. Pour la fonder, nous avons croisé l’analyse de ses formes, statuts et usages, dans le centre et la périphérie de Marseille. Il s’agissait de questionner les corrélations possibles entre les contextes morphologiques et sociaux. Le tiers foncier est apparu comme le support de plusieurs enjeux, en particulier l’habitat précaire, l’espace collectif et la biodiversité. Parallèlement, nous nous sommes interrogés sur les rapports de force, les négociations, les stratégies, tactiques et initiatives à l’œuvre et, delà, sur l’introduction de manières d’agir. Pour cela, nous avons mis en œuvre des procédures de recherche-action. Cette recherche identifie le tiers foncier non comme « un vide à remplir par du projet », mais plutôt comme l’un des constituants de la ville d’aujourd’hui, support d’un développement urbain informel qui ne fige pas la parcelle dans une forme pérenne, mais qui la fait évoluer en fonction des actions de transformation mises en œuvre par les citadins, des décisions prises par les propriétaires et des aléas budgétaires. In fine, l’un des enjeux majeurs du tiers foncier consiste à explorer des chemins de traverse qui permettraient le développement de processus d’appropriation, sans pour autant contribuer à la réduction des marges de manœuvres des citadins.

Principales conclusions (auteur/e).  Les processus de recherche action mis en place ont permis de définir le tiers foncier comme un espace de ressources et de controverses pour les acteurs institutionnels et non institutionnels de la ville. Il est le lieu par excellence des rapports de force, des négociations et des résistances à partir desquelles la ville se fabrique et met au jour les éternelles oppositions entre acteurs dominants et acteurs dominés, entre gagnants et perdants des processus d’urbanisation. En cela, le tiers foncier apparait comme un outil conceptuel et opératoire, permettant d’éclairer certains mécanismes de la fabrique de l’urbain en termes d’espaces, de statuts de propriété et de pratiques urbaines.

Université Aix-Marseille
Discipline Architecture
Date soutenance 13/11/2017
Directeur/trice de thèse René Borruey, Stéphane Hanrot, Muriel Girard
Mots-clés Tiers foncier, appropriation, habitat précaire, propriété foncière, croissance urbaine
Accès en ligne http://www.theses.fr/2017AIXM0427
Articles/WP liés à la thèse Serre, « Négocier l’envers de la planification. Les habitants face à la rénovation d’un voie ferrée », Métropoles (à paraître 2020).

Serre, « Le tiers foncier. Nouvelle catégorie d’appréhension de l’envers de la planification. », in Cahier de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère, mis en ligne le 15 septembre 2019, URL : http://journals.openedition.org/craup/2424 ; DOI : 10.4000/craup.2424

Serre, « Le tiers foncier. Ressources, controverses et expérimentations. L’exemple de la ville de Marseille », in Sud volumes critiques, n°1, revue scientifique de l’ENSA-Marseille, 2017. URL : http://revue.marseille.archi.fr/categorie/seminaire/le-tiers-foncier-1530/

Serre, « Le tiers foncier, envers de la ville planifiée », Urbanisme, n°408, automne 2018

Serre, « Bidonvilles à Marseille. Expériences et cartographie d’un effacement », Citego, 2018, dossier « Le renouveau de l’advocacy planning. Planifier et plaider pour les habitants dans la ville compétitive », http://www.citego.org/bdf_fiche-document-1139_fr.html

Deboulet, Girard & Serre, « La dignité, un agenda encore lointain », Urbanisme, n°406, automne 2017

Serre & Segonne, « Marseille – Etat des lieux », Urbanisme, n°406, automne 2017

Serre, « Mobilités résidentielles et ancrages dans les processus de relogement. Etude comparative à Marseille : Chieusse Pasteur et Campagne Fenouil » in P. Negron-Poblete, & F. Paulhiac Scherrer, 2017, Villes à vivre. Le quotidien métropolitain, entre ancrage et mobilité (pp. 13-34). Québec (Canada): ed. Presses de l’Université de Laval.

Serre, « Le tiers foncier : vulnérabilité, résistance et négociation à Marseille », Métropolitiques, dossier « Les vulnérabilités résidentielles en questions », par Florence Bouillon, Agnès Deboulet, Pascale Dietrich-Ragon, Yankel Fijalkow et Nadine Roudil, le 17.06.2015,

URL : http://www.metropolitiques.eu/Les-vulnerabilites-residentielles.html

Serre, « Le tiers foncier : entre stratégies territoriales et initiatives citoyennes », in Actes de la 2ème journée « De cet endroit : Ville, nature… on défriche! allégresse, désillusion et résilience », 2014

URL : http://www.groupedunes.fr/ville_nature/index.html

Serre, « Analyse socio-spatiale des processus de relogement de populations en situation de précarité », Citego, 2014, URL : http://www.citego.info/?Analyse-socio-spatiale-des

CV de l’auteur/e http://www.marseille.archi.fr/acteurs/chercheurs/serre-marion-2/

 

Thèmes : pauvreté, patrimoine foncier et propriété foncière, classe sociale

Régions : Bouches-du-Rhône