Un modèle performant, équitable et durable pour la gestion de la ressource foncière

Dans un monde où la rentabilité marchande est (re)devenue la mesure de toute chose, la nécessité d’un modèle économique spécifique pour la gestion des biens publics doit être réaffirmée. La ressource foncière illustre cette exigence.

812

La ressource foncière peut être propriété publique ou privée mais sa qualité – ou du moins sa valeur –
d’actif1, intégré à un projet résidentiel ou économique, lui est généralement conférée–ou est encadrée – par la puissance publique, maîtresse de la destination des sols. Cette valeur d’actif est étroitement
dépendante de sa desserte par des réseaux appropriés et de son accessibilité à différents services, l’une et l’autre dépendant en tout ou en partie de décisions publiques, constitutives d’orientations globales des collectivités. (…)

 

1 Benoît Pecqueur établit « une distinction cruciale entre ressource et actif. L’actif est un facteur “en activité”, c’est-à-dire valorisé sur le marché. La ressource, à la différence de l’actif,constitue une réserve, un potentiel latent, voire virtuel, qui peut se transformer en actif si les conditions de production ou de création de technologie le permettent ». « L’économie territoriale : une autre analyse de la globalisation », L’Économie politique,n° 33, 2007/1,p. 41-52