Développement urbain et services écosystèmiques : une analyse du marché foncier

522
Depuis la fin de la révolution industrielle, la sphère scientifique aussi bien que la sphère politique se sont interrogée sur la forme optimale des villes. D’abord marqué par un courant majoritaire prônant le désentassement urbain et la ville « aérée », le paradigme s’est retourné au fil du temps et notamment après la forte montée de nouveaux enjeux environnementaux. Le débat public s’oriente aujourd’hui vers la nécessité d’une densification de la croissance urbaine, et d’une lutte contre l’étalement urbain. Se pose dès lors la question de la validité de telles mesures, et plus largement de conception de stratégie d’intervention publique sur le marché foncier assurant un développement urbain compatible la préservation de l’environnement.
Cette thèse propose donc de contribuer au débat sur les formes optimales de villes durables, en répondant à la question suivante : est-il possible de concilier développement urbain et préservation de l’environnement? Plus précisément, la ville compacte est-elle une forme de ville durable? Si oui, est-elle la seule? La provision des services écosystémiques est-elle conditionnée par la structure urbaine considérée et si oui quels services et comment ? A travers une analyse micro-économique du marché foncier, et en utilisant la notion de services écosystémiques, nous proposons de répondre à ces questions.
De manière générale les travaux de cette thèse font apparaître l’élément majeur suivant : en raison de la complexité du lien entre les différents services écosystémiques eux-même, et des interconnexions entre ceux-ci et le développement qui revêtent des facettes multiples, les conclusions sur les formes de ville durable ne peuvent se faire qu’en des termes conditionnels. Ce résultat constitue une invitation à engager des recherches adéquates en amont afin de bien saisir et prévoir les potentiels effets pervers associés à la promotion d’une unique forme de ville durable, comme c’est le cas à l’heure actuelle avec le paradigme de la ville compacte.
Université
Bourgogne Franche-Comté
Discipline
Sciences économiques
Date soutenance
02-05-2017
Directeur/trice de thèse
Cécile Détang-Dessendre, Sophie Legras
Articles/WP liés à la thèse
  • Regnier Camille, Sophie Legras, « Urban structure and environment externalities », Environmental resource economics, DOI 10.107/s10640-016-0109-0
  • Regnier Camille, Elsa Martin, Sophie Legras, « Foncier agricole, qualité de l’eau et intervention publique : un état de l’art », Economie Rurale, 353-354, pp. 113-126.
CV de l’auteur/e