Lutte contre le Covid-19 : les limites des comparaisons internationales

Henri Leridon, Chercheur émérite, Institut National d'Études Démographiques, INED, paru sur The Conversation

100
L’auteur nous parle d’une « entité » européenne de 19 millions d’habitants dont il compare les performances face à l’épidémie (contaminations, mortalité) à celles de la France. Il démontre que cette entité présente des résultats bien meilleurs que la France (« deux à quatre fois moins de décès que la France »), faisant presque aussi bien que l’Allemagne, citée comme le bon élève de la classe. Il révèle alors que cette « entité » est constituée de quatre régions françaises : Bretagne, Pays de la Loire, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie.
Il déduit de cet exemple « que les comparaisons géographiques basées sur les frontières nationales ne sont pas toujours pertinentes, et surtout que les comparaisons interétatiques oublient un élément essentiel : la variabilité du taux initial de contaminations, qui est en partie aléatoire. Or un faible nombre de cas initiaux, ou leur étalement dans le temps, permet de réagir plus efficacement, en traitant toutes les chaînes de contamination. Ce qui devient impossible à partir d’un certain seuil de diffusion ».
La leçon à retenir de cette histoire est l’importance de l’information et du temps : être informé précocement permet de prendre des mesures (masques, tests, etc.) en tirant les leçons de ce qui a déjà été observé ailleurs, comme a su le faire l’Allemagne en analysant (dès début janvier) la situation à Wuhan. La Corée, Taiwan, Singapour ont fait de même (dès décembre en Corée ; Taiwan a alerté l’OMS le 31 décembre et pris les premières mesures dans la foulée)
Certes, le hasard peut perturber les choses, comme l’a montré le rassemblement évangélique de Mulhouse en février, qui a précipité l’épidémie en France. Sauf si les dirigeants sont informés et qu’ils agissent à temps, comme l’a montré un autre Rassemblement religieux en Corée, qui n’a pas eu d’impact notable sur l’épidémie dans le pays.
Retour à la page d’accueil